Municipales de Strasbourg : ôtez-moi d’un doute


Chères et chers ami.e.s de Caffè Italia Off,

Les élections municipales approchent et elles constituent pour plusieurs d’entre nous une première occasion de vote en France. Pour permettre à tout le monde – italien.nes ou pas – d’être mieux informé.es sur les programmes, vous êtes chaleureusement invité.es au débat :

Municipales de Strasbourg : ôtez-moi d’un doute

⇒ le lundi 9 mars de 19h00 à 20h45
Maison citoyenne de Neudorf, 2, rue du Grand Couronné, Strasbourg, arrêt du tram D et E (Étoile Polygone) ou A (Schlutfeld)

Nous aurions aimé écouter beaucoup plus de monde, mais le temps d’une soirée étant court, nous avons fait le choix d’inviter  uniquement des représentan.tes des trois listes principales parmi celles dont la sensibilité nous semble proche de notre association. En ordre alphabétique :

  • Faire ensemble-Catherine Trautmann 2020 ;
  • Strasbourg écologiste et citoyenne ;
  • Strasbourg en commun.

Toujours pour des raisons de temps nous approfondirons avec nos invité.es trois thématiques : service public/service au public ; Strasbourg ville hospitalière ; Strasbourg ville écologique et à l’économie circulaire.

D’autres initiatives vont aborder des questions qui nous tiennent à cœur, et notamment la rencontre du 10 mars à l’Odyssée autour des politiques culturelles.

Après la rencontre, nous pourrons continuer nos échanges autour d’un verre au bar de la Maison citoyenne.

Au plaisir de vous revoir toutes et tous
Caffè Italia Off

CIO_9mars

Caffè Italia Off au Printemps des bretelles 2018


Cher.e.s ami.e.s de Caffè Italia Off,

nous avons le plaisir de vous informer que notre association participera au Printemps des bretelles 2018 avec un point info (nos prochaines activités, inscriptions et autres).
Les 17 mars, à l’occasion du  bal « à l’italienne »  avec le groupe Radio Tutti & Barilla sisters, à partir de 20h, nous serons dans le chapiteau Magic Mirrors.
couv_PDB18
Pour plus d’informations, cliquez:
Nous espérons vous y retrouver nombreux

8 Mars : À l’honneur de Franca Viola


À l’occasion de la journée internationale des droits des Femmes, Caffé Italia Off vous invite à découvrir l’histoire de Franca Viola.

www.rarehistoricalphotos.com

L’histoire commença le 26 décembre 1965 et se termina par le procès du 17 décembre 1966. Huit hommes furent condamnés. L’un d’eux pour enlèvement et agression sexuelle, les autres parce qu’ils étaient complices. Un fait divers donc ? Non, plutôt un fait qui changea la Sicile et surtout une étape fondamentale dans le processus d’émancipation des femmes sur l’île et en Italie. Des ces hommes, il ne vaut même pas la peine de parler : des pauvres types. On parlera plutôt de celle qui fut victime de violence et d’enlèvement et qui est devenue une héroïne à qui, peut-être, la Sicile et les femmes de toute l’Italie doivent beaucoup. Il vaut également la peine de parler de la relation homme-femme (ou, si vous préférez, de la relation femme-société ) d’il y a un demi-siècle en Sicile.

Le 26 décembre 1965 à Alcamo, dans la province de Trapani, une jeune fille de 17 ans, Franca Viola, est kidnappée chez elle. Le chef des ravisseurs est un jeune local, comme les sept autres jeunes qui l’ont aidé. L’enlèvement a lieu en plein jour en plein centre-ville. Beaucoup ont vu et auraient pu intervenir, mais se sont détournés. Simple lâcheté ou omerta ? Ni l’une ni l’autre. Personne n’est intervenu parce que ce qui se passait n’était qu’un moyen de se rendre au mariage.

En Sicile, durant ces années-là, les femmes n’avait pas d’autonomie. Elles étaient considérées comme une « chose » appartenant à leurs hommes. Pour maintenir ce privilège patriarcal, la société prenait appui sur un système en vigueur depuis des siècles et dont l’arme était le maintien de l’honneur, surtout masculin.

Comment est-ce que cela fonctionnait ? Simple. Une femme qui avait perdu sa virginité n’était plus digne d’être mariée à personne. Elle était déshonorée. L’homme qui l’aurait pris sous son toit aurait été à son tour déshonoré (un cocu). Pour cette femme, le seul moyen de récupérer l’honneur perdu était d’être mariée à celui qui lui avait oté sa virginité. Deux options dérivent de cet axiome simple : la « fuitina » (fugue consensuelle) ou la fugue non consensuelle. La première était mise en œuvre par un couple qui s’aimait et ne pouvait pas se marier sans le consentement des parents. Ils s’enfuyaient, revenaient après quelques jours en faisant savoir au monde qu’elle n’était plus vierge, l’accord éventuel de ses parents avec un autre prétendant sautait. (D’ailleurs, ces accords entre familles sans trop prêter attention à la volonté des intéressés étaient un fait répandu dans une époque où la mise en couple choisie par les jeunes était moins valorisée qu’aujourd’hui). La fille était donc déshonorée et la seule façon de récupérer son honneur était qu’elle épouse le garçon avec lequel elle avait fugué. Le deuxième type de fugue était beaucoup plus violent, mais conforme à la pensée dominante selon laquelle la femme était un objet. Le prétendant rejeté par la fille ou sa famille kidnappait la jeune femme, la violait et le faisait savoir ouvertement. Il l’avait ruinée. La seule façon pour elle de se sauver était d’épouser son violeur. La société, la traitant de coupable, devenait complice du violeur. L’État ne faisait pas exception : un article du code pénal prévoyait que si la femme violée épousait son violeur, le crime était éteint. Tout s’intégrait parfaitement : chantage social, violence, principe sacré que la femme était un objet, arrogance, lâcheté, peur, omerta. C’était la Sicile de l’époque.

Après avoir présenté la situation générale, nous pouvons revenir à l’histoire de Franca Viola.

Elle avait 17 ans au moment du viol et dénonça, soutenu par son père, le criminel qui lui avait enlevé sa virginité et son avenir. Elle fut la première femme italienne à s’opposer au mariage réparateur et à dénoncer son violeur. Le procès eut une large résonance en Italie, car le comportement de Franca Viola se heurtait aux conventions sociales traditionnelles du sud de l’Italie.

Franca Viola devint ainsi un symbole du progrès culturel et de l’émancipation des femmes dans l’Italie d’après-guerre.

Il faudra attendre 16 ans de plus pour que le mariage réparateur soit abrogé (en même temps que le crime d’honneur) par la loi 442 du 5 août 1981, qui est arrivée au terme d’un long périple qui comprend le référendum sur le divorce (1974), la réforme de la droit de la famille (1975) et référendum sur l’avortement. Il faudra cependant attendre 1996 pour que le viol ne soit plus considéré comme un crime « contre la morale » (ce qui est un reste de la période fasciste) mais comme un crime « contre la personne » (qui a été maltraitée).

Le 8 mars 2014, Franca Viola a été honorée au Quirinale avec l’honneur de Grand Officier de l’Ordre du Mérite de la République italienne.

libre traduction des sources:

Ôtez-moi d’un doute : RENCONTRE ANNULEE


Chères et chers ami.es de Caffè Italia Off,

après beaucoup d’hésitations, nous avons décidé d’annuler le débat autour des élections municipales qui aurait dû se tenir demain 9 mars à 19h.  Nous en sommes vraiment désolé.es et nous avons beaucoup discuté entre nous de la pertinence ou moins de garder ce rendez-vous.

Finalement, les nouvelles autour de la diffusion du COVID 19 nous invitent à la responsabilité et à la prudence.

Si dans le cas d’autres émergences que nous avons connues, pensons aux attaques terroristes, il était important de signifier que la vie continue comme avant, l’épidémie nous montre que nous sommes toutes et tous dépendant.es les un.es des autres et que protéger une personne, voire soi-même, signifie en protéger plusieurs.

Chacune et chacun de nous connaît des personnes qui sont en situation de fragilité. Il nous semblerait en outre discriminatoire d’organiser une manifestation à laquelle a priori des membres de l’association ou du public ne peuvent pas participer.

Il ne s’agit pas pour nous de céder à la peur, de chercher des untori, des boucs émissaires censés propager la contagion, ou de cautionner la multiplication d’états d’exception comme forme de gouvernement, mais de prendre soin du collectif sans confondre, en réinterprétant l’écrivain Alessandro Manzoni, « sens commun » et « bon sens ».

Bon vote à toutes et à tous

Bien amicalement

Caffè Italia Off

Stage de chant « Libérer sa Voix et son Corps »


Cher.e.s ami.e.s de Caffè Italia OFF,

Nous vous signalons un stage de chant, proposé par Cornelia Lesauvage, professeur de chant et art et danse thérapeute

⇒ le samedi 28 et/ou le dimanche 29 mars 2020 
⇒ à la Maison Citoyenne du Neudorf, au 2 Rue du Grand Couronné, 67100, Strasbourg, arrêt du tram D et E (Étoile Polygone) ou A (Schlutfeld)

  Ce stage hivernal se limite à un week end et il permet à celles et ceux qui n’ont jamais osé intégrer une chorale de chanter avec grands plaisir.
Il est également ouvert à tou.te.s celles et ceux  qui ont  déjà chanté ou chantent régulièrement dans une chorale, pour exercer leur voix tout en s’amusant, le soleil dans le cœur malgré la grisaille hivernale.
 Le samedi après-midi (28 mars) la séance aura lieu de 15H à 18H, tandis que le dimanche (29 mars) le stage commencera à 10h et il se terminera à 18H, avec une pause pour
déjeuner.
Il est possible de s’inscrire uniquement pour l’une des deux journées et notez bien que s’inscrire avant la fin du mois de février implique une réduction des frais (40 euros au lieu de 50 pour la journée de samedi  et 70 euros au lieu de 80 pour la journée de dimanche, 90 euros pour le WE entier au lieu de 110).
  N’hésitez pas à contacter Simona Tersigni pour les inscriptions et pour toutes demandes et renseignements: simonatersigni@free.fr et à lire le flyer pour les détails du stage
À vous de chanter!

Saint-Valentin Off


Cher.e.s ami.e.s de Caffè Italia OFF,

Nous organisons une fête OFF pour la Saint-Valentin

⇒ le vendredi 14 février de 20h00 à minuit 
⇒ à la Maison « Les Petits Débrouillards de Strasbourg« , 12 Rue du Cygne – 67000 Strasbourg.

Nous danserons, chanterons et lirons quelques textes et poèmes pour des amoureux off de la vie.

IMG-20200207-WA0016
Dessin original de Alessandro Giunta

Sans qu’il s’agisse d’une fête déguisée, nous vous invitons à amener un détail vestimentaire, un bijou, une perruque, des lunettes, des chaussures qui ne correspondent pas à votre manière ordinaire de faire la fête.

Mets salés ou sucrés et boissons seront les bienvenus pour faire la fête, la convivialité, le partage. Et pour les choristes de « Note de départ » ce sera une belle occasion de se retrouver et peut-être de chanter…

Au plaisir de passer ensemble un bon moment !

Lectures d’hiver : Goliarda Sapienza, La subversion et l’amour


Chères et chers ami.e.s de Caffè Italia Off,

l’hiver est propice aux lectures bien au chaud. Pour continuer notre voyage autour des écrivain.es italien.nes contemporain.es, vous êtes cordialement invité.es à

La subversion et l’amour
Un itinéraire autour de Goliarda Sapienza

sapienza-c-archiviosapienzapellegrino
Rejoignez-nous le :
⇒ jeudi 23 janvier à 19h à la Maison citoyenne de Neudorf
⇒ 2 Rue du Grand Couronné, Strasbourg, arrêt du tram D et E (Étoile Polygone) ou A (Schlutfeld)
Tardivement reconnue en Italie et découverte en France grâce à la traduction de son roman posthume L’art de la joie, Goliarda Sapienza (1924-1996) a laissé de nombreux écrits empreints d’audace et de liberté.

« Une œuvre de fièvre et intelligence », où se nouent la biographie et la fiction, l’érotique et le politique, l’écrivaine de l’intime et le personnage public.

De moi, Roberta ne veut pas de passion, d’érotisme, d’aventures plus ou moins amoureuses, elle me l’a dit si souvent entre les lignes, par ses attitudes…Une fois elle m’a demandé à l’improviste (quand donc? Comment il est difficile  de situer dans le temps officiel certaines phrases d’une personne aimée!)
« Pourquoi écris-tu Goliarda? »
« Pour prolonger de quelques instants la vie des personnes que j’aime »
(Les certitudes du doute)
Comme d’habitude, les lectures seront en français sans renoncer complètement au plaisir de l’italien

Soirée Scopa – Juin


Cher.e.s ami.e.s de Caffè Italia Off,

nous avons le plaisir de vous inviter ce mois-ci à la dernière soirée SCOPA avant la pause estivale.

Rendez-vous :

⇒ ce soir samedi 22 juin, à partir de 20h30
⇒ dans la belle et colorée Maison Citoyenne, 2, rue du Grand couronné à Strasbourg
64997057_1711086309034747_7194271598931607552_n
Au plaisir de vous y croiser !
Caffè Italia Off

18 mai : Fête d’inauguration Maison Citoyenne


Chères amies et chers amis de Caffè Italia Off,

nous vous invitons à la fête d’inauguration officielle de la Maison Citoyenne, qui nous abrite depuis cette année et avec qui nous partageons des valeurs et des projets.

58701295_2348999901789229_3021945646664908800_n

Rendez-vous à la Maison, le samedi 18 mai 2019 avec au programme :
– dès 11h, ludo-brunch participatif (repas partagé + jeux de société)
– dès 14h, stands, animations, ateliers etc. proposés par les associations présentes à la MC
– ambiance musicale + concerts live tout au long de l’après-midi et jusqu’à 20h

De quoi passer une belle journée de découverte et de rencontres !

⇒ Samedi 18 mai à partir de 11h
⇒ Maison citoyenne, 2 rue du grand couronné, Strasbourg

 

Au plaisir de vous voir !
Caffè Italia Off

24 mai : présentation du livre « Damiana »


Chères amies et chers amis de Caffè Italia Off,

Les associations StranuMundu Editions, Caffè Italia Off et Three Mothers Films ont le plaisir de vous inviter à la présentation du livre Damiana.

damiana-e1488533956425

Damiana est l’histoire d’une femme qui s’oppose à la violence de la Mafia et brise la règle de l’Omerta en Sicile. Ce récit concerne la révolte d’une mère qui lutte contre une communauté entière soumise et parfois complice de Cosa Nostra.

Venez rencontrer l’auteur, Vincenzo Muscarella pour discuter avec lui, écouter la lecture de quelques extraits du livre, en français et en italien.

Cette lecture sera accompagnée par les chansons de Francesco Giunta.

Rendez-vous le vendredi 24 mai à 19h00
à la Maison citoyenne,
2 Rue du Grand Couronné
Strasbourg

Au plaisir de vous voir !
Caffè Italia Off